Par chèque

Test

Lucifer : la métamorphose. Témoignage de sa FA.

Posté par le 11 h 17 min dans Récits de nos sauvetages | 0 commentaires

Lucifer : la métamorphose. Témoignage de sa FA.

C’est en janvier 2015 que l’association est appelée pour venir chercher un chaton sauvage, apparu par hasard il y a déjà quelques semaines parmi les chats de la maison. Le récupérer ne fut pas une mince affaire. Totalement sauvage, le petit était terrorisé à l’idée que l’on s’approche de lui! Il a d’ailleurs laissé quelques « marques » aux personnes l’ayant côtoyé à son arrivée à l’association! Rapidement nous lui faisons un check-up véto car les personnes l’ayant recueilli nous avaient signalé qu’il était en diarrhée assez importante, nous préférons donc jouer la sécurité. Dans la foulée, nous le stérilisons pour le laisser ensuite tranquillement évoluer au sein de sa FA… Nous sommes pleins de doutes au départ. Lucifer est très craintif, feule et ne se laisse pas approcher. Il reste des journées terré dans le placard et ne sort que la nuit pour manger et faire ses besoins. Nous nous demandons s’il ne serait pas plus heureux comme chat libre à l’extérieur. Cependant, nous décidons quand même de lui laisser sa chance et de voir sur plusieurs mois son évolution. Peu gourmand, mais joueur, c’est d’abord comme cela que petit à petit il accepte le contact. Grâce à mon conjoint insomniaque, il vient tout d’abord parfois jouer timidement en pleine nuit. Puis, progressivement, il accepte que nous soyons là lors de ses repas en plein jour dans la pièce qui lui est réservée. Au bout de quelques mois, nous décidons de laisser la porte de la chambre ouverte et de le laisser librement découvrir l’appartement et vaquer à ses occupations. Rapidement, nous observons un changement radical dans son comportement. Lucifer nous suit régulièrement dans l’appartement, «discute» avec nous et nous découvrons un petit chat curieux  et toujours aussi joueur ! Un matin, c’est la consécration, Lucifer accepte timidement les caresses de mon conjoint et commence à émettre des ronronnements ! A partir de ce moment, Lucifer se lâche. Même s’il reste très timide en présence d’inconnus, ce n’est plus le même chat. Il nous fait d’ailleurs régulièrement la tête s’il n’a pas sa dose de caresses! Nous n’en revenons pas! Alors que nous étions beaucoup à ne pas vraiment y croire, dont le vétérinaire, Lucifer devient un vrai petit chat de salon. D’ailleurs, depuis le début, il n’a plus montré aucun signe d’agressivité. La question de son adoption commence donc à se poser. Nous savons bien que vu sa beauté il ne tardera pas à attirer des coups de cœur, mais pour qu’il progresse encore, nous devons lui trouver des adoptants sur mesure. Lucifer a besoin – pour éviter le stress – d’adoptants sans enfants, dans une maison calme, dans l’idéal sans autres animaux comme chez nous. C’est en janvier 2016 que Lucifer, rebaptisé Willow a trouvé sa famille idéale. Une véritable décision de vie pour son adoptante et ses parents. Il bénéficie aujourd’hui d’un appartement en tête à tête avec son adoptante, aux petits soins pour lui. Lucifer est devenu un magnifique chat très câlin et enjôleur, même avec les inconnus, et qui adore être dans les bras de sa jeune maîtresse.  «Une vraie petite boule d’amour» selon elle 🙂...

read more

Gandalf : Never give up!

Posté par le 10 h 07 min dans Récits de nos sauvetages | 0 commentaires

Gandalf : Never give up!

Il y a environ un an l’association a reçu un appel d’urgence de notre clinique vétérinaire, une personne venait de leur  déposer deux petits chatons trouvés dans une poubelle. Ces bébés ayant besoin d’être biberonnés, la clinique recherchait une prise en charge dans la journée et s’est tournée vers Les Pachas. L’une de nos familles d’accueil expérimentées s’est alors proposée pour s’en occuper. Malheureusement, au bout d’environ une semaine, elle se retrouvait complètement démunie : le petit mâle ne grossissait pas et avait une diarrhée persistante. Malgré un contrôle vétérinaire, les choses ne s’amélioraient pas. Alors, comme souvent, le petit Gandalf (le Blanc !) et sa sœur Kashou ont rejoint notre bénévole la plus expérimentée – notre ange gardien des « tout pourris », désormais célèbre Lisa 😀 Dès la première rencontre, la différence avec  sa sœur était déjà très visible. Gandalf, toujours en proie à des problèmes intestinaux, avait les cuisses complètement nues, le poil brulé par sa diarrhée persistante. Lisa l’a mis dans un parc dans son salon pour pouvoir le veiller. Il prenait bien ses biberons et a été placé sous traitement avec entre autres du smecta et ultradiar afin de tenter de canaliser cette diarrhée qui l’empêchait d’assimiler les aliments.  Au fur et à mesure, les choses s’améliorent, mais le problème inverse arrive : la constipation ! Il faut alors inverser les traitements, avec toute la prudence possible, pour ne pas revenir au problème initial. Malgré tout, Gandalf gardait un bon moral et trouvait du soutien auprès de sa sœur, mais aussi auprès du petit chien de Lisa qui veillait sur lui ! Petit à petit, Gandalf progresse… mais son retard de croissance reste très important, si bien que plusieurs choses clochent : ses moustaches ne poussent pas, ses dents poussent trop vite par rapport à sa mâchoire, et son bassin ne se développe pas très bien. Un check-up vétérinaire hebdomadaire était nécessaire… Mais on ne lâche rien ! Lisa noue une grande complicité avec le petit. La vétérinaire reste incertaine sur son avenir, mais nous décidons de faire le maximum pour lui et au fur à mesure il reprend un développement plus serein. C’est la présence de sa sœur qui nous fait prendre conscience de son retard. Notre petit bonhomme à tout de même pris ses marques, et quand sa sœur est adoptée, il le vit bien grâce à sa bande de copains ! Aujourd’hui Gandalf a bien rattrapé son retard. La vétérinaire lui prédisait un tout petit poids, mais il a tout de même atteint 3.5kg Après avoir vécu cette histoire avec Gandalf, Lisa ne souhaitait pas s’en séparer et l’a définitivement adopté. Elle l’a rebaptisé Baymax, et le voilà aujourd’hui. Qui l’eut cru? Baymax est une belle démonstration de la force extraordinaire de l’amour et de la persévérance. Y croire, ne pas abandonner, finit par payer. Never give...

read more

Georges, là où tout a commencé

Posté par le 18 h 38 min dans Récits de nos sauvetages | 1 commentaire

Georges, là où tout a commencé

Georges est la véritable raison de l’implication de Lisa dans l’association Les Pachas. Le tout premier chat des rues qu’elle a connu et dont elle s’est occupée. Georges vivait dehors depuis des années, il connu des moments vraiment difficiles, le froid, le soleil (d’ailleurs une de ses oreilles semblait grillée), la pluie, la faim et même un accident de voiture. La personne qui le nourrissait venait de déménager quand Lisa l’a rencontré et s’est mise à le nourrir. Georges l’a laissée s’approcher, elle a même eu droit à des ronrons et du patounage dans les feuilles, avec sa petite langue qui sortait dans les moments de plaisir… car il lui manquait des dents. L’hiver arrivait, et le cas de Georges préoccupe Lisa. Après plusieurs semaines à le nourrir chaque jour, le voir dehors, sous la pluie, le froid, dans la boue et le vent… Une solution se profile : une dame contacte Lisa pour lui, elle accepte de l’accueillir. Il faut donc récupérer Georges et le mettre en règle chez le vétérinaire. Mais le lendemain au réveil, la journée commence mal : il pleut des cordes et ça risque d’être compliqué pour attraper le chat, habitué à vivre dans la rue. Vers 13h une petite accalmie se présente, Lisa décide d’aller voir quand même… aucune trace du chat… mais en rentrant chez elle, Lisa aperçoit le matou sur le rebord d’une fenêtre en train de se laver, car il est trempé et boueux! Elle tente alors de l’attirer dans la boite de transport grâce à une boite de pâtée et ça marche! Sauf qu’il n’est pas très content de se retrouver bloqué dans cette cage. Lisa le ramène chez elle et lui prépare sa maison de convalescence. Au début, il se jette sur la nourriture, puis accepte les caresses, et finalement reprend complètement confiance, avec les ronrons et toujours la petite langue qui sort 🙂 Après un check-up vétérinaire complet, il s’avère que Georges a des soucis dentaires et est déclaré positif au FIV… Mais désormais, la galère pour lui c’est terminé, une vie de confort commence… Georges est décédé en novembre 2012 de son FIV. Il s’est éteint auprès de son adoptante, après avoir passé les dernières années de sa vie bien au chaud. Il reste l’un des symboles chez les Pachas, là où tout a...

read more

La tombola des Pachas « tout pourris » !

Posté par le 19 h 54 min dans Les actualités de l'asso | 4 commentaires

La tombola des Pachas « tout pourris » !

Pourquoi « tout pourris »? Aux Pachas, il y a certains chats que nous appelons affectueusement les «tout pourris». Ce sont nos pensionnaires qui nécessitent des soins et une attention particulière. En bref, ce sont les mauvais candidats à l’adoption. Il y a les blessés, les handicapés, les p’tits vieux et les malades comme Bonus et Crassou. Il y a aussi les craintifs qui ont besoin de temps pour accorder leur confiance comme Aliénor, Cumin ou encore Hélios. Le travail de socialisation peut prendre des mois ou des années. Pourtant, nous avons choisi de ne pas les laisser sur le carreau et de leur donner une chance. Pour nous permettre de financer la prise en charge de ces chats cabossés par la vie : nourriture spéciale, soins vétérinaires, diffuseurs de phéromones, accessoires du quotidien… Nous avons décidé d’organiser une tombola! A gagner ? Des entrées pour le parc de Branféré et de nombreux lots offerts par notre partenaire Miaoubox pour faire plaisir à votre félin préféré. Comment participer? La tombola aura lieu du 7 au 31 mai. Il n’y aura qu’à cliquer sur le...

read more

Les news de nos adoptés – avril 2016

Posté par le 17 h 07 min dans Les nouvelles de nos adoptés | 1 commentaire

Les news de nos adoptés – avril 2016

Aujourd’hui nous avons des nouvelles de certains de nos adoptés!Et ça nous fait toujours très plaisir de les partager 😊 Vous souvenez-vous de Darky et Velvet, nés en 2013? [Show slideshow] Ils ont été adoptés ensemble, et aujourd’hui tous deux sont en pleine forme et s’aiment toujours autant! 😍 La preuve en images : Sinon, plus récemment, la fugue de Shumy lors d’une tempête avait marqué les esprits et mobilisé nos bénévoles pendant plusieurs jours de recherches… Et bien, aujourd’hui Shumy est dans sa famille d’adoption depuis 15 jours et il s’y plaît beaucoup… Pas d’autres incidents à déplorer (et les fenêtres sont restées bien surveillées ^^) Le voici avec sa nouvelle maman :   Enfin, difficile d’oublier les yeux révolver de Toundra, qui malgré son regard enjôleur a passé une période très longue à l’association… Cela fait maintenant 1 mois et demi qu’elle a rejoint sa famille définitive. Elle s’est parfaitement adaptée et se porte comme un charme 💙 Vous avez adopté un Pacha? N’hésitez pas à nous envoyer des nouvelles, ça fait toujours plaisir!...

read more

Témoignage d’Allison, responsable FA

Posté par le 12 h 53 min dans Paroles de familles d'accueil | 0 commentaires

Témoignage d’Allison, responsable FA

Comment avez-vous connu l’association Les Pachas? J’ai connu l’association Les Pachas sur Internet. Pourquoi s’être décidée à devenir famille d’accueil? Je souhaitais devenir FA, car à l’époque (en 2014) j’avais un chien, Titus, et une chatte Isiris. Le vétérinaire m’a annoncé qu’il ne restait plus qu’un mois à vivre à Titus et je ne voulais pas qu’Isiris se retrouve seule, car elle a toujours vécu avec lui, depuis qu’elle était petite. Quels types de chats avez-vous accueilli? Le premier chat qu’on m’a confié, c’était Inou, un beau mâle qui avait un souci de peau et surtout de malpropreté. Mais même pas peur 😀 Ensuite, j’ai eu des chatons, des chats sauvages à sociabiliser, des timides, des sorties de fourrière. J’ai eu un peu tous les profils, même les accidentés, surtout aux pattes. Y a t-il des chats qui vous ont marqué plus particulièrement? Il y a eu Pimprenelle, une femelle en or, qui est arrivée chez moi avec une portée de 4 chatons et ne disait rien pour accueillir deux chatons trouvés dans la rue. Et il y a eu Rose, une chatte à la patte très abimée. Nous avons dû l’amputer. Malheureusement elle nous a quittés à cause du typhus. Une minette adorable. Que pensez-vous de cette expérience? Que vous apporte-t-elle? Ce que je trouve merveilleux, quand on est famille d’accueil, c’est de sauver des chats qui ont été abandonnés/négligés/sauvages, pour leur donner une seconde chance, et leur permettre d’avoir une vie meilleure , de recevoir l’amour d’un adoptant, et ainsi oublier leur ancienne vie. J’ai toujours grandi avec des animaux et je souhaitais devenir assistante vétérinaire, mais les postes dans ce domaine sont rares, du coup j’ai décidé que mes propres animaux ne viendraient que de sauvetages. Mon chien Titus venait de l’association SOS BOUBOU et Isiris vient d’un sauvetage sur St Brieuc par une personne indépendante (Vanessa Lozay). Ça fait déjà deux malchanceux sur terre en moins. Comment vivez-vous le départ de vos protégés? Il y a toujours un pincement au cœur, mais on leur donne la chance d’être chez des adoptants qui vont les aimer pour toujours. Cependant pour certains, c’est plus douloureux car des expériences créent des liens plus forts 🙂 Quelle est selon vous la plus grosse difficulté/inconvénient lorsqu’on est famille d’accueil? Comme je le disais au dessus, le plus dur est de les laisser partir quand on a créé un lien. Après il n’y a pas de grosses difficultés/inconvénients quand on est FA, on sait tous ce que c’est que de s’occuper d’un chat (changement de litière, l’occuper, prendre soin de lui, etc. ….) En contrepartie, la chose la plus agréable? Il y a plusieurs choses merveilleuses : voir un chat qui évolue, voir les yeux des adoptants qui brillent lors de la rencontre avec le chat, recevoir des nouvelles des chats adoptés qui sont heureux ! Aujourd’hui responsable des familles d’accueil, votre implication dans l’association Les Pachas est indéniable. Comment vous voyez-vous au sein de l’association à moyen et long terme? Il y a 1 an, le collectif m’a confié ce « poste » que j’ai accepté avec grand plaisir, au vu de la confiance qu’ils m’ont accordée. J’espère rester le plus longtemps au sein de l’association. Même si à certains moments, ça prend beaucoup de temps, car nous sommes bénévoles (nous faisons les visites...

read more

Témoignage de Lisa

Posté par le 21 h 28 min dans Paroles de familles d'accueil | 0 commentaires

Témoignage de Lisa

Comment avez-vous connu l’association « Les Pachas » ? En 2008, alors étudiante, j’ai vu une annonce pour un chat perdu dans mon quartier. J’ai cru le reconnaître : j’ai emprunté une trappe et je l’ai attrapé, ainsi qu’un autre par erreur. Totalement novice en la matière, je les ai ramenés dans mon appartement. Seulement voilà, le chat perdu était une femelle alors que ces deux-là étaient des mâles ! L’un, très gentil, et l’autre totalement terrorisé. Seule face à cette situation, j’ai téléphoné à plusieurs associations. La seule à m’avoir répondu a été l’association Les Pachas, où l’on m’a conseillé de ne pas les relâcher car qu’ils n’étaient pas stérilisés. Une personne de l’association est donc venue les chercher. Enfin, d’abord le plus sociable, car l’autre ne s’est pas laissé attraper tout de suite! J’ai dû utiliser une couverture et les rappeler plus tard! Comme je m’étais plutôt bien débrouillée avec ce petit sauvageon, l’association m’a proposé de les rejoindre. Pourquoi vous êtes-vous décidée à devenir famille d’accueil ? Au fur et à mesure, je me suis impliquée de plus en plus dans l’association, surtout en gérant le forum et en diffusant des annonces. Un jour, j’ai croisé le chemin d’un vieux pépère tout cabossé en bas de chez moi. Après plusieurs mois, je l’ai attrapé et ma première aventure en tant que FA a commencé ! Quels types de chats avez-vous accueilli ? Je crois que j’ai eu de tout : des chatons (certains n’étaient pas encore sevrés), une maman et ses petits, des chats dits « seniors » ou en fin de vie, des chats atteints de cancers, du FIV, du calicivirus ou du coronavirus félin, des réformés d’élevage, des chats craintifs, terrorisés ou même battus, des chats accidentés ou sortis de fourrière… Y a-t-il des chats qui vous ont marqué plus particulièrement ? La liste est longue! Mais les premiers qui me viennent en tête sont Georges, Archimède, Sweety, Bonus, Djibril, House, Gandalf, Amande, Money, Pim Pam Poum, Mowgli, Milena, Newki, Emy, Chiva, Chopin, Piroli, Leonard… Et j’en oublie sûrement. Que pensez-vous de cette expérience ? Que vous apporte-t-elle ? Je ne supporte pas de voir un animal souffrir. Être famille d’accueil, cela me permet de me rendre utile et d’agir concrètement au quotidien plutôt que de m’apitoyer sur leur sort à travers mon PC. Quelle est, selon vous, la plus grosse difficulté ou l’inconvénient le plus important lorsque l’on est famille d’accueil ? Il y a des chats que l’on n’arrive pas à sauver, des adoptions ratées, et parfois même le décès de l’animal. Et on a du mal à faire confiance à quelqu’un pour prendre le relais ! En contrepartie, quelle est la chose la plus agréable ? Avoir des nouvelles quelque temps après leur adoption et les voir heureux dans leur famille définitive. Récupérer l’animal et se dire, qu’enfin, la chance tourne pour lui, c’est aussi une grande satisfaction. Vous gérez beaucoup de sauvetages et de cas graves, voire désespérés. D’où vous viennent votre motivation et la force d’agir ? Je ne me laisse pas le choix. Si je ne le faisais pas, personne ne le ferait. Nous sommes trop peu à accepter ces sacrifices. Ils ont besoin de nous, ils n’ont rien demandé à personne. Ils sont juste là à subir la cruauté et la désinvolture humaine....

read more

La stérilisation des chats

Posté par le 16 h 01 min dans Notre vétérinaire vous répond | 1 commentaire

La stérilisation des chats

    Dr Charles de Langlois, de la clinique Vétovie à Cesson-Sévigné, s’est prêté au jeu des questions-réponses sur notre page Facebook. En voici le résumé : Florence : À partir de quel âge peut-on stériliser une femelle? Faut-il forcément attendre ses premières chaleurs pour cela? Docteur de Langlois : En France nous le faisons souvent dès 5-6 mois, chez nos voisins anglo-saxons, et pour des raisons de divagation et d’adoption, certains le font dès trois mois. Il a été prouvé que cela ne pose aucun souci de croissance ou médical par la suite. Il n’est pas nécessaire d’attendre les premières chaleurs. Irina : Pour un chat positif au FIV/FeLV, qu’est ce que ça change? N’est-ce pas risqué de pratiquer une intervention de stérilisation sur un chat FIV+ ou FELV+? Dr de L. : L’intervention est probablement plus risquée, mais ce risque est minime avec les précautions d’asepsie. Il sera par contre utile de rajouter des antibiotiques si nécessaire. Pour les FIV+, un animal positif peut avoir une espérance de vie assez longue, il faut être vigilant car le moindre souci de santé peut vite dégénérer, les visites de santé préventives sont nécessaires. Ceci dit, le mode de transmission de ce « sida du chat » n’est pas sexuel, mais par des fluides corporels ou morsures, griffures… Les animaux sont immunodéprimés. Pour la Leucose féline, en cas de test positif, le pronostic n’est pas bon et l’état général de l’animal doit être surveillé de prêt.  Carole : Combien coûte en moyenne une stérilisation? Pourquoi est-ce plus cher pour une femelle? Si j’ai un « vieux » chat, jusqu’à quel âge est-il utile de le faire stériliser? Dr de L. : Tous les tarifs sont sur notre site. Pour les femelles il s’agit d’aller chercher les ovaires dans l’abdomen, l’opération est beaucoup plus technique. Pour les vielles chattes, il est utile de le faire pour prévenir les tumeurs de l’utérus (retiré sur les animaux plus âgés), mais c’est moins utile pour les tumeurs mammaires, sauf si elles sont d’origine hormonale. Carole : Doit-on stériliser un chat qui vit en appartement sans autre animal? Dr de L. : Oui ! Et le plus tôt possible, notamment pour prévenir les tumeurs mammaires. La protection est alors très efficace, d’autant plus qu’il existe d’autres multiples avantages (gestations, chaleurs, miaulement, marquages urinaires…) Irina : Que répondriez-vous à quelqu’un qui juge que la castration/ovariectomie est un acte barbare? La stérilisation/castration n’est-elle pas un moyen d’imposer notre choix à l’animal? Dr de L. : Que c’est un acte favorable au bien-être animal, pas de frustration sexuelle, une longévité plus importante (moins de maladies, d’accidents, …) et que c’est utile pour tous les chats, en témoignent les récentes campagnes de la SPA. Jessica : Pourquoi est-ce qu’un chat stérilisé grossit plus vite? Pourquoi est-ce qu’un chat stérilisé a besoin de croquettes spéciales? Est-ce que le caractère du chat s’en trouve modifié? Dr de L. : En gros : les besoins énergétiques sont diminués, il y a un risque de sédentarité… En fait, ce qui est modifié, ce n’est pas le caractère du chat envers l’homme, mais plutôt ses relations avec d’autres chats, il est moins conflictuel au niveau territorial. Caro : La pilule a-t-elle réellement des effets secondaires néfastes pour les chattes? Dr de L. : Oui, de toute évidence. Même si les études cliniques tardent à le prouver, sur le terrain c’est...

read more

Mowgli, un survivor

Posté par le 2 h 37 min dans Récits de nos sauvetages | 6 commentaires

Mowgli, un survivor

Voici l’histoire de Mowgli, petit cœur de 5 ans que notre bénévole Lisa a trouvé un après-midi dans un talus près de son parking. Tout débute par une froide journée de janvier 2013… La rencontre Ne connaissant pas ce chat, elle s’est approchée de lui. Il s’est alors levé pour partir se cacher, tant bien que de mal, car il boitait beaucoup. Lisa a tout de suite remarqué qu’il n’était pas en forme et semblait très maigre. Lisa est alors retournée dans sa voiture, pour chercher une boite de pâtée et une cage de transport (par chance, elle revenait tout juste de chez le vétérinaire et avait donc tout le nécessaire dans la voiture). Il s’est approché tout de suite en sentant la nourriture, et là Lisa n’a pu que constater, avec désarroi, que ce chat était d’une maigreur à faire peur, et une patte repliée, pleine de pus… Les poils dans un état innommable. Assez facilement, il est entré dans la boite de transport, et hop Lisa est repartie chez le véto quitté 10 minutes plus tôt. La consultation La vétérinaire, en voyant le chat, a d’abord paniqué. Vu son état cadavérique, elle décide de le garder en observation et tenir Lisa au courant dans la soirée. Comme promis, coup de téléphone du soir, le loulou n’est pas malade, mais il pèse seulement 2kg, la peau sur les os. Le diagnostique est clair : le chat a été percuté et trainé par une voiture il y a minimum une dizaine de jours. Et il doit errer depuis des mois… Les soins à prévoir sont lourds et longs, mais on peut le récupérer, soulagement. La convalescence Donc voilà le petit père arrivé chez Lisa. Il a de nombreuses plaies par abrasions, une attèle, et une collerette. Il doit donc rester en cage de convalescence. Les soins pris en charge sont lourds, nous avons rarement vu un chat dans cet état à l’asso, et pourtant on en voit..! Mowgli passera plusieurs mois en cage de convalescence, sous prescription du véto car il a une attèle pour une articulation déplacée et de nombreux ligaments rompus; il faut donc limiter au maximum ses mouvements pour qu’il puisse se reconstruire correctement, et c’est long, très très long… Commence alors une période difficile pour lui et pour Lisa, car Mowgli est incontinent, nécessite des changements de bandages, des bains de pattes, et il a beaucoup de mal à se positionner pour être à l’aise! Il fait également une infection avec de la fièvre, des injections sont nécessaires pour le guérir. Bref, un vrai calvaire. Après des semaines de soins, le plâtre enfin enlevé, Mowgli se sent mieux, même s’il nécessite encore de l’aide pour se déplacer! Et enfin, ça y est, la collerette lui est enlevée! Il tente alors ses premiers déplacements seul et commence à reprendre goût à la vie. L’adoption De cette histoire est née une grande complicité et un amour très fort entre Mowgli, Lisa et son mari. C’est pourquoi, ne voulant pas s’en séparer, Lisa a adopté Mowgli, qui coule toujours des jours heureux chez elle...

read more