Paroles d’Émilie

Posté le 7 Jan 2015 dans Paroles de familles d'accueil | 1 commentaire

Comment êtes-vous devenue famille d’accueil au sein de l’Association « Les Pachas » ?

Je réfléchissais à adopter un deuxième chat à la SPA. En attendant, j’aimais regarder les photos de chats sur les sites SPA et Le Bon Coin. J’ai découvert une annonce émanant de l’association Les Pachas précisant également qu’ils recherchaient des familles d’accueil en urgence. Je suis allée sur leur site Internet car je ne connaissais pas l’existence d’associations ni leur fonctionnement. J’ai envoyé un questionnaire FA et une bénévole m’a contacté.

Que pensez-vous de votre expérience en tant que famille d’accueil ? Etre famille d’accueil, cela vous apporte-il quelque chose ?

J’étais habituée à vivre avec des chats sociables. J’avais une vision étroite du chat basée uniquement sur ceux avec lesquels j’avais vécu. Être famille d’accueil m’a permis d’élargir ma connaissance du chat, de connaître tous types de caractères et aussi de m’adapter à leur manière d’être. J’ai appris également à soigner un chat atteint d’un coryza ou d’une conjonctivite.

Être famille d’accueil, ça permet de sortir de la routine du quotidien et de se sentir utile. Au lieu de regretter les abandons, de plaindre les animaux à la SPA comme tout le monde, on agit, on participe à une cause.

Quels types de chat avez-vous accueilli ?

J’ai eu l’opportunité d’accueillir tous types de chats : chaton, chat adulte, chat craintif ou timide, chat aveugle. Ils venaient de tous horizons : de la fourrière, de la rue, d’un site de chats libres ou tout simplement de mon jardin.

Des chats vous ont-ils apporté marqué plus particulièrement ?

Les chats craintifs et le sauvetage d’un chat accidenté m’ont plus marqué.

Les chats craintifs parce qu’ils ne peuvent évoluer que si vous les respectez, que si vous faites preuve de beaucoup de patience. Quand ils font un petit progrès, on est heureux. Ils nous montrent leur confiance.

En rentrant un soir chez moi, j’ai trouvé un chat accidenté sur le bord de la route. Je l’avais appelé Améthys. Son accident l’avait rendu aveugle. Il s’était très bien adapté à son handicap, à mon environnement. Améthys était adorable, joueur, très câlin.. Malheureusement, les séquelles de l’accident ont été plus fortes que lui.. J’ai assisté alors à ma première euthanasie.

Vivre toutes les étapes d’un sauvetage met notre sensibilité à rude épreuve : du trappage au suivi vétérinaire, des bonnes aux mauvaises nouvelles du vétérinaire, voir un chat s’en sortir puis voir son état se dégrader…comment ne pas être marquée ? On passe par toutes sortes d’émotions, on fait en sorte, quelques soient les circonstances, d’apporter bien-être et confort au chat jusqu’au bout.

Certaines personnes ne souhaitent pas être famille d’accueil car ils ont peur de s’attacher à l’animal, comment vivez-vous le départ de vos protégés ?

Lorsque je laisse un petit protégé partir, c’est que les adoptants me semblent sérieux dans leur démarche et qu’ils ont l’environnement correspondant aux besoins du chat adopté. Je suis donc très contente de le voir partir avec sa nouvelle famille. Évidemment, il y a toujours un moment où je suis nostalgique car un animal absent laisse toujours un vide. Alors quand un chat part, il me faut un petit temps de réadaptation pour m’habituer à vivre sans lui.

En étant famille d’accueil, vous découvrez le fonctionnement de l’Association, qu’avez-vous découvert ?

J’ai découvert énormément de choses ! Tout dire serait trop long. Alors voici la première chose que j’ai découverte : avoir une vision globale de l’association est indispensable pour comprendre son fonctionnement.

Quand on m’a donné mon « agrément de famille d’accueil », je n’ai pas eu tout de suite mon premier chat en famille d’accueil. Je trouvais ça bizarre surtout que pleins de chats étaient à accueillir en urgence.

En fait, prendre en charge n’est pas si simple : entre les disponibilités des gens qui ont fait appel à l’association et celles des bénévoles, trouver une solution de transport jusqu’à la famille d’accueil… des fois, ça peut être long. Tout n’est pas si simple surtout quand on est une petite association avec peu de bénévoles. Et les bénévoles sont comme tout le monde : ils ont leur vie professionnelle et leur vie familiale… Et, c’est sans compter les imprévus : un chat à replacer en urgence ou bien un chat adopté qui revient à l’association..

Cette expérience a-t-elle modifié la vision que vous aviez sur les associations de protection animale ?

Je ne connaissais pas l’existence d’associations donc cette expérience permet d’abord de connaître une autre manière d’aider un animal en détresse que la SPA. Ensuite, ma connaissance de l’association s’est basée sur l’activité du forum. Puis, en échangeant avec les bénévoles, on apprend ce qui se cache derrière le forum : le temps passé à la permanence téléphonique de l’association, à l’administratif, à contacter les gens pour le sauvetage d’un chat… Beaucoup de gens appellent l’association pour communiquer leur problème avec leur chat, leur intention de l’abandonner. La permanence téléphonique de l’association leur permet de se sentir écouté, d’avoir des conseils, de les rassurer et donc d’empêcher des abandons.

Comment vous voyez-vous au sein de l’Association dans 5 ans ?

J’espère redevenir famille d’accueil d’une manière plus permanente. C’est vraiment quelque chose que j’aime et qui me tient à cœur. Sinon, je compte continuer à participer aux opérations caddies et à la braderie. D’ici peu, je vais aider au niveau administratif.

1 commentaire

  1. Bravo a vous pour votre engagement grace a votre aide au sein de pacha vous contribuez au bonheur de plusieurs boule de poils j aimerai m impliquer aussi dans cette action de famille d accuiel mais j ai un chien 4 poules et 4 chats dernierement j ai accueilli chez moi un chaton avant son adoption mais une de mes chattes n a guere apprécié l intrus et elle ne rentrait plus dans la maison ni pour dormir ni pour manger c est le soucis de faire accepter quelques temps par nos propres animaux surtout quand ils sont dominants et qu ils ont cree leur propre territoire j aimerais tant pouvoir a mon humble echelle participer a ces actions
    donc je vais plutot aider en faisant un don en tous les cas merci a vous pour votre formidable engagement

Commenter :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *